21/05/2006

Meurtre de Joe Van Hoolsbeeck (040506)

Entretien publié dans l'hebodmadaire belge "Ciné-Télé Revue, le 04 mai 2006

Rachid Madrane : "Le racisme et la violence se renforcent mutuellement"

«Les auteurs sont d’origine nord-africaine, ont des cheveux noirs coupés courts et portaient, au moment de leur crime, des vêtements foncés». Très peu de temps après l’horrible meurtre de Joe Van Hoolsbeeck, le parquet de Bruxelles décrivait ainsi les suspects qui étaient à rechercher. Aujourd’hui, alors que l’on sait que les auteurs n’avaient rien à voir avec la communauté musulmane ou maghrébine, les magistrats et les policiers ont eu la bonne idée de présenter des excuses. N’empêche, le mal a été fait : «Certains ont ethnicisé ce dossier avec une incroyable légèreté», dénonce Rachid Madrane, député bruxellois (PS). «Il faut dire non au racisme et aux préjugés ethniques avec la même force que l’on rejette la violence. Car ce sont deux maux qui se renforce mutuellement

 

- Lorsque le parquet de Bruxelles a décrété que les auteurs du meurtre de Joe étaient «d’origine nord-africaine», très peu de voix se sont élevées pour indiquer, qu’après tout, tant qu’ils ne seraient pas arrêtés, il était quelque peu léger de préciser leur appartenance à telle ou telle autre communauté. C’est un peu comme si tout le monde considérait que les meurtriers ne pouvaient être que des musulmans. Selon vous, à quelle réflexion ce dérapage doit-il nous inviter ?

- Je crois vraiment qu’il est temps que notre société fasse un examen de conscience collectif. Cette affaire a montré à quel point un certain nombre de préjugés se sont installés dans notre société. Bien sûr, parmi les gens qui ont cru que c’était des maghrébins qui ont tué Joe, ou pire, qui l’ont clamé publiquement, il y a un certain nombre de vrais racistes qui ont vécu cela comme une aubaine. On peut en effet supposer que les rotatives qui impriment les affiches du Vlaams Blok ou Front national se sont mises immédiatement à tourner. Mais ceux-là, comme l’ont montré les parents de la victime, ses amis et les 80.000 personnes qui ont participé à la marche silencieuse sont loin d’être majoritaires. Ce qui est plus préoccupant, c’est que même des personnes qui n’ont rien contre les maghrébins ont pu tomber dans la piége. Certes, un discours tout à fait respectable a été tenu qui voulait qu’on ne «stigmatise» pas toute une communauté pour les actes odieux et indéfendables posés par deux ses membres. Mais implicitement, cela revenait aussi à accepter comme un fait établi et incontournable que les auteurs étaient fatalement des arabes.

 

- L’enfer est pavé de bonnes intentions…

- Cela montre en tous les cas qu’à force d’être répétés dans les cafés du commerce certains stéréotypes s’instillent comme un poison dans les pensées. Au point d’en arriver à des raccourcis qui font froid dans le dos : un gosse qui se fait tuer pour se faire voler son MP3 ? Elémentaire mon cher ami, cela ne peut être que des arabes qui ont fait cela! Cela dit, et j’insiste sur point, il faut mettre ce constat alarmant en parallèle avec le mouvement citoyen qui s’est manifesté ces jours-ci. Dans les rues de Bruxelles, le 23 avril, il y avait des gens de toutes les communautés, de toutes les religions, de toutes les couleurs. On a entendu un «non à la violence» mais aussi un «non au racisme» et un appel à une société du dialogue plutôt que de la confrontation. Joe était notre fils, il était notre frère à tous. Pour ma part, j’ai vraiment été soufflé par ses amis, par ces jeunes qui veulent un monde plus ouvert. Ils ont créé de l’espoir. C’est un sentiment que j’avais déjà éprouvé au moment de la marche blanche. L’une des victimes dans les affaires de disparition d’enfants, Loubna Bénaissa, était une petite fille d’origine maghrébine. Cela avait conduit à un rapprochement entre des familles de victimes qui appartenaient à des communautés différentes. Il y avait déjà toute une symbolique qui était en était ressortie, une espérance de dialogue. Une volonté de dépasser les préjugés et d’en finir avec la discrimination. 10 ans plus tard, on voit qu’on n’a finalement pas beaucoup avancé sur le chemin pour y arriver. En vous disant cela, une phrase d’Einstein me revient en mémoire : «Il est plus facile de désagréger un atome que de faire évoluer les mentalités»…

 

- On vit dans une société raciste ?

- Je ne veux pas forcer le trait par une formule choc de ce genre. C’est plus nuancé que cela. Il y a des stéréotypes comme ceux dont je parlais tout à l’heure et que je résumerais pas la notion de délit de faciès. C’est d’ailleurs particulièrement parlant dans l’affaire du meurtre de Joe : des jeunes à l’allure étrangère qui portent training et veste Nike, dans l’esprit de beaucoup de gens, cela ne pouvait être que des jeunes issus de l’immigration arabo-musulmane… Et bien, on voit aujourd’hui que ce n’était pas du tout le cas. Je me demande si ce n’est pas l’occasion pour tous ceux qui avait cru à cette «évidence» de faire preuve d’un peu d’humilité et de s’interroger : n’y-a-t-il pas d’autres clichés qu’ils entretiennent et qui leur semblent tout à fait «évident»? Par exemple, il y a tout ce que certains répandent comme rumeur sur le lien entre immigration arabo-musulmane et criminalité. Mon propos n’est pas de nier qu’il existe des bandes de mômes d’origine immigrée qui commettent des crimes et délits mais il est insupportable que des gosses qui n’ont jamais rien fait de mal, que toute une communauté soit stigmatisée pour les actes de quelques-uns. Se rend-t-on compte des dégâts que cela fait sur la psychologie des enfants issus de familles immigrée ? S’imagine-t-on ce que c’est que de porter une étiquette de délinquant en puissance dans le dos pendant toute sa vie? Sais-t-on ce que c’est que de se battre contre les préjugés pendant toute une scolarité, de croire qu’on s’en est sorti avec un diplôme et puis de se trouver face au mur de la discrimination à l’embauche ? Les amis de Joe ont touché la cible en plein de le mille en préconisant une ouverture, un dialogue. Il faut que les belges de souche soit ouverts à ces injustices que vit une communauté qu’elle fait venir sur son territoire il y a déjà plus de quarante ans. Alors non, je ne dis pas la société belge est raciste mais peut-être a-t-elle été un peu autiste face à ces réalités. Il est urgent que cela change sinon…

 

­- Sinon ?

- Sinon, je crains que nous n’échapperons pas à vivre quelque chose de comparable à ce qui s’est passé dans les banlieues françaises. Il y a trop de désespoir, trop d’horizons qui semblent irrémédiablement bouchés. La règle du jeu dans notre société, c’est normalement l’égalité des chances. Si vous vous battez pour réussir des études, pour être performant dans le travail, si vous cherchez l’excellence, vous pouvez espérer bénéficier d’un ascenseur social. Et cette règle, croyez-moi, la plupart des jeunes immigrés l’ont bien comprise. Ils veulent jouer le jeu. Ils ont les mêmes aspirations que les Belges de souche. Des rêves de famille, de travail, de consommation, de vacances… Mais pour eux, trop souvent, il n’y a pas d’ascenseur social, il faut gravir la pente marche par marche, en évitant les peaux de bananes.

 

- Ben Laden et les islamistes ne sont-ils pas en train de récolter les fruits de leurs crimes infâmes en colorant négativement l’image de tous les musulmans ?

- Il est clair que les extrémistes de tous les camps se renforcent entre eux. Qu’un type comme Ben Laden existe, c’est évidemment un formidable cadeau pour tous les racistes qui veulent enfermer les arabo-musulmans dans une image d’intolérance. Cette représentation déformée est très difficile à supporter pour l’immense majorité des membres de la communauté nord-africaine qui vit en Belgique et d’ailleurs, pour tellement de familles, depuis deux, trois voire quatre générations. Ce l’est d’autant plus que la plupart des jeunes beurs se sentent profondément belges. D’ailleurs, que je sache, le slogan «Belgique crève» n’a pas été inventé par des immigrés mais par ceux qui les stigmatise le plus, à savoir les gens du Vlaams Blok! Entre beurs, on se dit des fois que si la Belgique venait à disparaître à cause des velléités séparatistes de la Flandre, nous serions certainement dans le dernier carré des Belges qui résisteraient!

 

Des excuses bienvenues et d’autres à venir ?

 

«Je suis heureux que l’un des dirigeants de la police fédérale se soit clairement excusé pour la mise en cause inutile et dégradante de la communauté nord-africaine. C’est un acte dont l’honnêteté intellectuelle se doit d’être soulignée. Malheureusement, il faut aussi déplorer qu’en marge de l’affaire Joe des personnes issues de la communauté maghrébine soient également tombées dans le piège de la simplification et de la stigmatisation. Je pense notamment à ce député régional flamand, Fouad Ahidar (Spirit) lequel a déclaré «ce meurtre pour voler pue le racisme. De plus en plus de jeunes criminels d’origine turque ou marocaine choisissent des victimes qui ont l’air d’incroyants». Quelle pitoyable sortie médiatique. Je ne pensais qu’un jour on en arriverait là. Voilà donc que pour donner des gages d’intégration, un élu d’origine immigrée en vient à relayer les clichés les plus sensationnalistes sur les membres de sa communauté d’origine. Cette attitude irresponsable n’a contribué qu’à mettre de l’huile sur le feu, permettant notamment à des éditorialistes flamands de gloser sur un prétendu «racisme anti blanc». Il n’y a pas que la police qui devrait s’excuser!  

 

 

 

 

 

10:40 Écrit par michelbouffioux | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Le racisme; un créneau porteur... Le racisme ! Ah que voilà un créneau porteur... Et bien entendu, ce terme induit le racisme envers... les pôvres étrangers. Jamais, il ne sera fait mention du racisme enduré par les Belges dans leur propre pays. Car ce serait politiquement incorrect.

Et pourtant, grâce à l'Internet, on en apprend des choses. Quand un Belge est victime de la violence perpétrée à son encontre, par une des ces "chances" pour l'Europe, on appaelle au calme... à la dignité. Faut fermer sa g... quoi.

Quand c'est l'inverse, on assiste à des émeutes, que personne n'ose condamner... politiquement correct oblige. Tout cela finit par frustrer l'autochtone, qui vote de plus en plus massivement, pour des formations extrémistes. Et pas un seul jounaliste -j'ai pas écrit: journaleux-, pour le relever. C'est du propre, la belle neutralité journalistique. Continuez, si ça vous chante. Vous n'aurez que vos yeux, pour mieux pleurer

Écrit par : Rillotte | 01/06/2006

c'est vrai, dire que je suis humaniste et que je considère le racisme comme une invraisemblable tare, et dire que j'en ai été victime, mes enfants, mes proches, d'autres, parce que on était belge, (sale belge, sale flamand... ) depuis des années, ça le fait pas. pourtant, c'est.
si vous saviez, vous qui habitez des quartiers honorables et qui ne prenez pas les transports en commun. c'est fait de tout petits riens, bousculades, injures et mépris, accroche-pied, pousser un enfant sur la rue, essayer de renverser un landau. on peut lever les yeux au ciel et hausser les épaules. c'est compréhensible, c'est tellement incroyable.
c'est pourtant dénoncé de leur côté par des personnes qui ont le sens civique, mais eux non plus on ne les écoute pas. dommage.

Écrit par : lyse | 20/02/2007

Je suis tout à fait d accord avec vous car moi je suis d origine polonaise mais née en Belgique par une mère Témoin de Jéhovah et j ai des amis de toute origine, de toute race et j ai jamais eu aucun problème du contraire IL Y A DES BONS ET DES MAUVAIS !!!!!NO COMMENT

Mich

Écrit par : mich | 03/11/2008

Pour la plupart, cependant, tout ce qui est turbulent ou excité d'une façon négative, nuire ou de façon dommageable, ou d'introduire des risques de même, peut être décrite comme sauvage ou passe brutalement, indépendamment du fait que pas connotant la sauvagerie

Écrit par : create your own infographic | 31/07/2014

Il existe un consensus que la majorité des chansons ne répondent pas aux directives de notabilité de Wikipedia. Chansons que devraient avoir un article en particulier quand il ya suffisamment de matière pour justifier un article détaillé. Pour plus d'informations, suivez le lien de la catégorie.

Écrit par : yelp.com | 11/09/2014

Les commentaires sont fermés.