07/10/2005

Violence routière (290504)

Entretien publié dans l'hebdomadaire belge "Ciné-Télé Revue", le 29 septembre 2005

«Il faut condamner plus sévèrement les criminels de la route!»

 

Stoumont, le 21 septembre 2005. Roulant à 100 km/h dans une zone 30, un chauffard perd le contrôle de sa voiture et percute violemment cinq ados de 12 à 15 ans qui attendaient leur bus pour aller à l’école. Circonstance aggravante, le criminel de la route est un récidiviste : depuis le 31 août, il était déchu du droit de conduire pour trois mois en raison d’une condamnation pour… excès de vitesse. Cette fois, les victimes s’en sortent avec de graves blessures, mais elles auront la vie sauve. Ce ne fut pas le cas pour Steve Léglise, 12 ans, fauché par un chauffard ivre, le 21 juin 2005 à Waulsort. Une autre affaire impliquant un récidiviste qui avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour conduite en état d’ivresse. Coup de gueule de Marie-Ange Offrois, la maman de Steve : «L’homme qui a tué mon fils n’a jamais manifesté le moindre regret. Il a fait 28 jours de prison et quinze jours plus tard, il avait de nouveau son permis de conduire. Dans un tel cas, je devrais plutôt parler d’un permis de tuer. Les récidivistes devraient être systématiquement interdit de conduire à vie et condamnés beaucoup plus sévèrement. La vie de Steve s’est arrêtée à 12 ans mais son assassin ne risque qu'une sanction maximum de cinq ans de prison. Avec les différentes remises de peines, dans le meilleur des cas, il ne passera pas plus d’un an et demi derrière les barreaux… »

 

 

- Que s’est-il passé le 21 juin 2005 ?

- C’était une journée ensoleillée. Steve venait de terminer ses examens et tout s’était très bien passé. L’année suivante, il aurait dû rentrer en deuxième humanité. En début d’après-midi, comme l’école était terminée, je lui avais donné l’autorisation de se rendre à la piscine avec un ami. Il devait revenir vers 16 heures. Dix minutes avec l’heure convenue, il était déjà là. Cela faisait partie de sa personnalité : il était très obéissant et prudent. Sur son vélo, il est donc arrivé à proximité de notre maison, laquelle se situe en bord de Meuse, sur une route secondaire, non loin du château de Freyr. Respectueux du code de la route, Steve a ralenti et il a tendu son bras gauche pour indiquer qu’il allait tourner. Trois voitures qui le suivaient ont ralenti. La voie était libre pour qu’il passe de l’autre côté de la chaussée. Alors qu’il traversait la ligne blanche, une quatrième voiture est arrivée à près de 140 kilomètres/heures. Son conducteur n’a pas tenu compte des trois voitures qui étaient à l’arrêt et il les a doublées. Avec une violence inouïe, il est rentré dans Steve. Cela a fait un terrible bruit que j’entends encore dans mes cauchemars. Le vélo de mon fils a été projeté à une dizaine de mètres et lui, il s’est retrouvé sur le corps sur le capot du véhicule et la tête enfoncée dans le pare-brise. La voiture a malgré tout continué à rouler pendant quelques mètres encore, comme si le conducteur ne freinait toujours pas. Steve a été alors projeté sur la rue. A quarante mètres du point d’impact initial. Je suis sortie en courant. Steve baignait dans son sang. Son corps était complètement désarticulé. Il avait les yeux fermés. Tous ses vêtements étaient déchirés, ils n’avaient plus de chaussures. J’ai cru que je devenais folle… Je lui ai parlé. Je ne sais pas s’il m’entendait. Je lui ai juré que ce qu’on lui avait fait ne resterait pas impuni. Les secours sont arrivés rapidement. Pendant près d’une heure, des médecins ont bien tenté tout ce qu’ils pouvaient pour le maintenir en vie, mais il n’y avait plus rien à faire. Steve est mort comme cela. A 12 ans. Il était en bonne santé, il avait plein de projets. En deux secondes, à cause d’un fou, tout s’est envolé.

 

- Immédiatement après l’«accident», comment se comportait le chauffard ?

- Je ne me souviens même plus de son visage tellement j’étais en état de choc. Anéantie. Lui, l’assassin de mon fils, il ne semblait pas plus préoccupé que cela. Il m’a dit un truc du genre : «C’est un bête accident» et puis il m’a posé une question : «Il était à pied ou il roulait en vélo?». Je ne l’ai pas vu pleurer. Il ne s’est pas excusé. De toute évidence, il ne semblait pas perdre le nord : je l’ai vu téléphoner à sa femme pour dire qu’il rentrerait en retard parce qu’il avait «écrasé un gosse». On aurait dit quelqu’un qui avait eu un contretemps anecdotique. C’est comme si il avait crevé un pneu… Les policiers l’ont immédiatement arrêté. Il leur a expliqué qu’il venait de participer à une fête. Et, de fait, les tests ont révélé qu’il possédait deux grammes d’alcool par litre de sang. Je me suis renseignée : cela équivaut à 24 bières ou à une bouteille d’un litre whisky.  

 

- A-t-il fait de la prison ?

- Après son inculpation pour homicide involontaire par défaut de prévoyance, un juge d’instruction de Dinant lui a décerné un mandat d’arrêt. L’enquête a aussi révélé qu’il n’en était pas à son coup d’essai. En 2002 et en 2003, il avait déjà été condamné pour conduite en état d’ivresse. Malgré cela, ils ne l’ont gardé que 28 jours derrière les barreaux. Et quinze jours après sa libération, il disposait de nouveau de son permis de conduire. D’ailleurs, il est venu nous narguer en passant à plusieurs reprises devant notre maison. J’ai du téléphoner à la police pour qu’il cesse son petit manège. D’après ce que je sais, ce monsieur a repris sa petite vie bien tranquille. Il travaille sur des brocantes et des marchés dans la région et il dit à qui veut l’entendre que «c’est moche d’avoir tué un gosse mais qu’il ne changera pas sa manière de vivre.» Autrement dit, il continuera à boire et à conduire. Mais dans le fond, pourquoi changerait-il de comportement si l’autorité lui redonne son permis… de tuer.

 

- Où en est l’instruction du dossier judiciaire ?

- Elle est presque terminée et on espère un procès avant la fin de l’année. D’après notre avocat, l’assassin de mon fils risque une sanction maximum de cinq ans de prison. Avec les différentes remises de peines, dans le meilleur des cas, il ne passera pas plus d’un an et demi derrière les barreaux… Pour moi, il y a beaucoup trop de laxisme dans la répression dans ce type de criminalité. En août dernier, une dame âgée de 49 ans a été arrêtée à Beveren. Elle roulait à bord d’une Porsche. Elle a avoué qu’elle conduisait sans permis depuis 25 ans! En 1979, on le lui avait retiré pour trois mois et elle n’avait jamais repassé l’examen. Résultat des courses ? Elle vient de se faire condamner à 1100 euros d’amende et à une interdiction de conduire d’un mois. Non seulement, je trouve qu’elle s’en sort très bien, mais en plus ce type de décision judiciaire banalise l’infraction commise. Il est vrai qu’en matière de violence routière, il y a encore beaucoup de chemin à faire pour que les mentalités évoluent. Plutôt que de râler à propos des contrôles de vitesse, je demande au gens d’avoir une pensée pour Steve et pour les quelques 80 enfants qui, chaque année, perdent la vie sur les routes de Belgique.  

 

 

Retrait à vie du permis

 

Les parents de Steve Léglise ont lancé une pétition demandant «le retrait à vie du permis de conduire à toute personne ayant tué en état d’ivresse». «Il est insupportable que de tels dangers publics soient encore autorisés à conduire un véhicule (1)», explique Marie-Ange Offrois. «Pour moi, ceux qui conduisent sous l’effet de l’alcool n’ont pas d’excuses à faire valoir. Tous les ans, des campagnes d’information rappellent les dangers de la conduite en état d’ivresse. Ceux qui passent outre font le choix conscient de mettre la vie d’autrui en danger. Sans relais médiatique, notre pétition a déjà pu recueillir quelques 6000 signatures. Lors des Fêtes de Wallonie, nous avions pour projet de remettre la pétition au Ministère de l’équipement et des Transport à Namur. Nous étions accompagnés de 200 personnes, mais il n’y avait personne pour nous recevoir. Peut-être qu’avec plus de signatures, on s’intéressera plus à nous. Nous irons alors voir le ministre fédéral de la Mobilité, Renaat Landuyt. Bien sûr, le retrait systématique du permis pour ceux qui tuent sous l’effet de l’alcool ne serait qu’une demi victoire. Car la récente affaire de Stoumont a  démontré qu’il reste encore beaucoup à faire pour réussir à empêcher ceux qui n’ont plus de permis de prendre encore la route…» Pour obtenir le texte de la pétition, vous pouvez écrire à l’adresse de Marie-Ange Offrois, Rue de Meuse, n°1 à 5540 Waulsort. Joignez un timbre afin que la maman de Steve puisse vous répondre.

 

 

Pour en savoir plus

L'association Parents d'Enfants Victimes de la Route (PEVR) regroupe plus de 450 familles. Elle a développé un site internet bilingue : www.pevr.be qui comporte notamment un forum de discussion. On peut aussi joindre PEVR par téléphone :  02/ 780 29 42.

 

      






13:48 Écrit par michelbouffioux | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Toujours intéressant de venir lire ici Mais aujourd'hui y en a marre de ce socialisme bourgeois et corrompu .. de cette FGTB responsable de la pauvreté de la Wallonie

Écrit par : Frans | 07/10/2005

Terrible drame. La lecture de cet article ne peut laisser personne indifférent (me semble-t-il). A l'horreur d'un tel événement pour les parents de Steve, c'est le comportement du chauffard en cette circonstance dramatique : à peine imaginable !
Et puis, ce qui est intolérable c'est le trop peu de sanctions à l'endroit de ce genre d'individus récidivistes. Il est temps de faire bouger le cocotier et que nos politiciens-décideurs planchent là-dessus entre deux ponctions dans la caisse du peuple.
Bonne continuation.

Écrit par : Maugus | 07/10/2005

hommage a steve steve je t' écris ce petit mots pour te dire que sans toi il y a un grand vide et le jour que je trouve"michel boouffioux"et bien il passera un salle quart d' heure car tu es mon meilleur ami et tu le restera toujour.je t' adore plus que tout.
jonathan.
courrage a ta maman et a ton papa et tout les autres qui t'ont connu

Écrit par : jonathan | 30/05/2007

moi elle est pa belle

Écrit par : roro49 | 10/12/2007

enlève tes yeux de poison ac ta gulle de rouleau 2 pq

Écrit par : maugus | 10/12/2007

slt bonjour, est ce que c'est bien vous qui a fait l'accident a stoumont?

Écrit par : demoiselle | 20/04/2008

slt slt c toi qi a presque tuer les 5 ados astoumont ou pas?

Écrit par : demoiselle | 20/04/2008

Les commentaires sont fermés.