18/01/2005

Affaire Dutroux et consorts (180304)

Chronique "Si on me laisse dire" publiée dans le quotidien belge "La Dernière Heure", en marge du procès de Marc Dutroux et consorts

 

Vive le débat

(Si on me laisse dire -14 Le 18 mars 2004)

 

C’est de la confrontation des idées que jaillit la lumière. Hier, en fin d’après-midi, ce principe a été souligné par l’avocat général Jean-Baptiste Andries. Rappelant que «notre système de jugement est basé sur la contradiction», ce magistrat a bien expliqué aux jurés quelle serait leur tâche dans les semaines à venir : entendre tous les témoins, leur poser toutes les questions et se forger une opinion sur ce qui ce sera dit par ceux-ci et par toutes les parties au procès. L’évidence ? Peut-être. Mais après le long exposé de Jacques Langlois, il était bien nécessaire d’insister sur le fait que le procès ne faisait que commencer! C’est fait. Et le ministère public a d’ailleurs salué «l’honnêteté du juge du juge Langlois qui a reconnu que ses conclusions sur ce dossier lui sont personnelles».

 

C’est, en effet, une thèse qui a été développée par le juge durant ces quelques jours. Et il n’est pas étonnant que les avocats de Nihoul s’en soient réjouis. Avec un pathos quelque peu démonstratif – qu’en sera-t-il quand des témoins viendront parler de la possible implication de son client dans les enlèvements d’enfants?- Me Atout est allé jusqu’à évoquer «un monument d’exposé». Ajoutant, la voix tremblante : «Je me prend d’en être ému». Il faut savoir ménager ses effets !

 

Cet avis est pourtant loin d’être partagé par les avocats de Laetitia Delhez qui ont retenu que le juge a «de manière tout à fait inhabituelle, plaidé contre l’acte d’accusation». Traduisez par : il s’est montré particulièrement partial en ce qui concerne l’implication éventuelle de Michel Nihoul dans le cadre de l’association de malfaiteurs qui est jugée à Arlon.

 

Que retiendront les jurés de toutes les questions qui ont été posées au juge Langlois ? Une chose essentiellement. En tous cas, je l’espère : contrairement à un vent médiatique dominant en Belgique, durant ces dernières années, sa méthode de travail et les options qu’il a choisies – très tôt- dans le cadre de son instruction ne peuvent échapper à un questionnement. Comme l’a signalé Me Beauthier, cela place la Cour et les jurés devant une importante responsabilité : celle d’ «ouvrir toutes les portes» dans ce dossier et, notamment, celles qui ont été fermées trop vite par l’instruction.

 

«Comprennez-nous bien», ajoute en substance, Me Fermont, «ouvrir toutes les portes, ce n’est pas chercher à mettre en évidence ce qu’il n’y a pas dans ce dossier. Ce n’est pas lancer des rumeurs sur l’implication du prince, du cardinal ou du pape dans l’affaire Dutroux! C’est simplement bien évaluer la nature de l’association de malfaiteurs qui se trouve dans le box et le rôle de chacun des accusés dans le cadre de cette association».

 

Ce point de vue est aussi celui de la famille Marchal qui a considéré que ces derniers jours de débat avaient démontré que le dossier du juge Langlois était construit «sur du sable mouvant». Autrement dit : les convictions du magistrat leur sont apparues, le plus souvent, comme des interprétations sujettes à débat. Restent deux positions qui se sont confirmées, mais qui étaient déjà clairement identifiées dès l’entame du procès. Celle des avocats de Sabine Dardenne qui n’ont posé aucune question au juge au motif que «Sabine n’a vu que Dutroux. Donc, il n’y a que Dutroux». Vous connaissez le refrain…  Et celle des avocats de Dutroux qui, Me Magnée en tête, remuent certaines «zones d’ombre» de l’affaire… Quitte à tirer au bazooka en direction du «grand réseau». Rappelons-leur tout de même, comme l’a dit Me Quyrinen, que leur client possède certainement plusieurs des clés qui pourraient faire avancer ce procès! Les donnera-t-il un jour ? C’est peu probable. Car si l’affaire qui porte son nom devenait limpide, Marc Dutroux ne pourrait plus jouer à Marc Dutroux!


08:38 Écrit par michelbouffioux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.